page de droite

dimanche 7 février 2016

green dylan/blue dylan


still green, still blue, world goes on ...

je ne me suis jamais senti tout à fait français ... ...


... ... pour des raisons biographiques et sentimentales qui ne regardent que moi ... ... ... depuis quelque temps c'est pire ... j'ai en horreur cette france qui danse au son des drapeaux et des morts pour célébrer une idée de la joie et de la vie que j'ai toujours détestée ... on ne se refait pas, n'est-ce pas?
...........................................................  mais je me retrouve américain dans ces quelques mots de ruggles/charles laughton pour leo mc carey, un beau jour de 1935

samedi 21 novembre 2015

axelle ropert, mandy patinkin, yasujiro ozu


j'ai revu l'autre jour à la télévision presque les 2/3 de tirez la langue mademoiselleet je l'aime autant que la dernière fois: brutalité, délicatesse et lyrisme amoureux s'y marient avec une rare dextérité .... l'étrangeté, c'est que j'ai vu, au milieu (question de chaînes) un épisode d'une série que je ne voulais pas rater, esprits criminels, qui racontait la vie et la mort d'un personnage que j'adorais (joué par un acteur sublime, qu'on ne voit même pas à l'image, mandy patinkin) ...
les deux "films" ont gagné l'un l'autre à cette étrange proximité ...
mandy patinkin est aussi un chanteur gracieux, bien connu des amateurs de stephen sondheim qui fait souvent appel à son falsetto très étrange, notamment dans le rôle de george seurat (sunday in the park with george), une voix parmi les plus artificielles au monde ..... ... ................................................................


tout ça pour dire que j'ai retrouvé à la fin du très beau film d'axelle ropert le sentiment éprouvé la première fois: cette impression de finir comme un film d'ozu, sans savoir précisément pourquoi .... j'en ai une vague idée mais je garde ça pour une autre fois ...

daffy duck turns crooner at 75


. ......................................................................i'm a fool to want you.......frank sinatra (1952)  ....................................................................   i'm a fool to want you + + + + + + + (bob dylan, september 2015)

se rappeler des conseils amicaux de ses amis au jeune dylan:  cesse de chanter, fais des demos pour les byrds, peter, paul and mary .... "personne n'achètera des chansons massacrées par un vilain petit canard à l'accent nasillard du minnesota ...."
constater que cinquante ans plus tard, à force de volonté veloutée, dylan devient un presque crédible velvet crooner à la mel tormé, presque un vieux sinatra .... old age or mutation?


hey skorecki, do you love music or cinema? (1957)


................................................................................ an obscure and forgotten movie is my best answer for the moment: a magnificent tune, SPEAK LOW, written by kurt weil (words by ira gershwin) and sung by ava gardner (in fact the voice is not hers, it's eileen wilson's hushed baritone) and best crooner/lover ever, young dick haymes .... music or cinema? music, music, music ......

le juif de lascaux/l'escalier de la haine (1982)


l'escalier de la haine a toujours été conçu comme le brouillon d'un film à venir, le premier jet de ce qui ne s'appelait pas encore le juif de lascaux ....

fred astaire drinks to czarna & zelig's new born child ("le juif de lascaux" as a musical)



... it's a song written for him to perform in the movie The Sky's the Limit (1943).... Words by Johnny Mercer and music by Harold Arlen .................................................................................in a southern france concentration camp in gürs, fred astaire started singing this song, later made famous by frank sinatra's perfect versions ....




.... my father, a clandestine communist around lodz, in poland, who had met my mother in prison,  decided to go
to spain to fight alongside the republicans, in 1936 .... .......................................................... all this i learnt after their death, around 1975 (they were not the speaking kind) thanks to jacqueline kremski, my mother's only friend and confident ...
what is fiction, i wonder ...? ..... THIS is fiction, to me anyway, trying to imagine my very special birth in gürs, while fred astaire was singing this glorious drunkard song

LE JUIF DE LASCAUX might be this story's first and last screen adaptation

pierre et edith



dans "le juif de lascaux", pierre cottrell joue l'un des zelig skorecki, edith cottrell joue une czarna ...

" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."