samedi 21 septembre 2013

LOUIS SKORECKI'S LE JUIF DE LASCAUX (1)


LOUIS SKORECKI'S LE JUIF DE LASCAUX (2)

nazem al ghazali (elle me donne des cheveux blancs)


le plus grand chanteur irakien dans une boite de nuit en irak (1963)

nazam el ghazali's best mewal



بارك الله في جهودكم على ايصال هذه التسجيلات العراقية الواضحة لأغاني ناظم الغزالي , الرحمة و السلام على روحه 

dagar brothers dhrupad senior dynasty

skorecki 1959/presley 1959


le rocker, le type à la banane, c'est moi ... l'autre, c'est juste un mec qui faisait son service militaire en allemagne, et qui passait par paris ...

skorecki va au cinéma ...

...  eh oui, et deux fois en trois jours, mais qu'est-ce qui m'arrive? j'ai d'abord été voir tirez la langue mademoiselle, une douce aventure amoureuse à la lubistch ... mon dieu qu'est-ce qui m'arrive? j'ai bien écrit "à la lubistch", non? comme si c'était encore possible ... comme si mademoiselle ropert, se chaussant d'ailes de velours, savait, elle, retrouver la formule sucrée-salée du vicieux viennois ...  comment fait-elle axelle? disons qu'elle fait comme l'ami brisseau: elle croit en ce qu'elle filme, elle croit  -et pas seulement au premier degré- dans les pouvoirs intacts du cinéma ... peut-être est-elle aidée d'une voyante, une sorte de madame pierre rissient, c'est possible, je ne sais pas ... disons surtout qu'elle prend son temps, vite et lentement à la fois, en ne perdant jamais de vue l'idée bien oubliée que les histoires d'amour commencent à la fois dans les yeux et dans le pantalon ... c'est tout? eh oui, j'ai bien peur que cette histoire de dim sum mélo trouve là son réservoir amoureux, là et nulle part ailleurs ... et ça suffit? j'ai bien peur que oui ...
... l'autre film, je voulais vérifier qu'il était horriblement mauvais, et il l'est, horrible et mauvais ... c'est une crise de nerf documentaire, la pire indigestion de cassavettes/pialat/lelouch jamais administrée au public français consentant ... je vous fais grâce du titre ... trouvez-le ...



" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."