mercredi 14 décembre 2016

pierre et edith



dans "le juif de lascaux", pierre cottrell joue l'un des zelig skorecki, edith cottrell joue une czarna ... c'est la derniere apparition a l'écran de pierre cottrell, grande personne, grand personnage, et grand ami ... dieu veille sur lui ///

dimanche 13 novembre 2016

renoir & duvivier, une belle équipe


je suis entrain de regarder (22h, lundi, arte) ce film, l'un des plus connus de duvivier mais celui surtout qui m'a fait enfin comprendre pourquoi renoir lui est cent fois supérieur ...
(j'ai souvent comparé les deux premiers maigret, le renoir , la nuit du carrefour et le duvivier, la tête d'un homme, expliquant que le mystère du cinéma tenait tout entier entre ces deux films, le plus beau renoir n'étant pas supérieur à un bon duvivier)
en revoyant ce très beau mais aussi très surfait duvivier, je comprends enfin que duvivier scénarise trop, dialogue trop bien (merci charles spaak) là où renoir le fait le moins possible pour laisser son film respirer ...
jean renoir est du coté de john ford, du côté de mizoguchi ... .... duvivier est au mieux un preminger trop français pour être honnête, trop théâtral, trop démonstratif ... un homme méchant et solitaire qui déjeunait tout seul sur son plateau déserté, alors que renoir se tapait la gueule avec ses (belles) équipes ..
(à suivre: sur duvivier il y a tant de choses à dire) ...


vendredi 14 octobre 2016

skorecki 1959/presley 1959

hey elvis, it's louis fom his blog, remember?


lundi 10 octobre 2016

sound rehearsal for dylan's BLIND WILLIE Mc TELL



watch dylan closely under his hood ... hey robin, where are the seven dwarves?

mardi 13 septembre 2016

elvis, young elvis, younger elvis




from my friend peter guralnick's new blog .... ... ... Merle Haggard was probably the greatest singer-songwriter I’ve ever seen. The only artist I can think to compare him to is Sam Cooke, who like Merle possessed the gift for writing songs that were at once both deeply personal and universally applicable to the human condition. Merle’s were a lot more mournful, it’s true (think “If We Make It Through December,” “Things Aren’t Funny Any More”, “I Can’t Be Myself When I’m With You” – not to mention “Mama’s Hungry Eyes”) – but they were no less expressive of the kind of unnameable yearning that none of us can escape, and no less eloquent in their empathy for people from all walks of life, the ability to bring to life circumstances and events that only in their emotional impact (but totally in their emotional impact) resemble the singer’s own. Like Sam Cooke, too, he possessed a voice unmatched in its expressiveness, its seemingly effortless conveyance of nuance not only in his own music but in his brilliant interpretations of others, particularly two of his greatest heroes, Jimmie Rodgers and Bob Wills. His impeccable musicianship, the extraordinary band that he assembled and added to over the years (what else could they be called but the Strangers) ensured that he was able to present his music the only way he could conceive of it, just as he heard it in his head. When I first met him in 1978, he told me he was about to publish a book of poems called A Poet of the Common Man (don’t look for it, it never came out – but I’ll bet it would have been great), along with two novels he was working on, one of which he said would be a comedy-mystery. He was a man of limitless imagination, someone who found order in his art, and yet at the same time he seemed not only to thrive on, but to create, chaos all around him. (“You know, I’m a strange kind of person,” he told me, “the more that’s going on, the more life I’m able to be involved with and learn about, the more it seems to replenish my well of ideas.”) I guess that would be one way of looking at it – but Merle was a man beset by demons that he couldn’t always control, publicly or privately. I remember one time seeing him play for an auditorium full of people who kept cheering him wildly, even as they could barely hear his voice coming out of the PA system. Any number of technical fixes were proposed, both from the audience and onstage, but it soon became evident that Merle simply didn’t feel like performing that night (this was not the only night I saw this happen), as he stood at a disdainful distance from the mike and the soundman kept raising the the sound level until the feedback became almost painful. A couple of times he would move in a little closer and say, “Is that any better?” as the crowd yelled enthusiastic encouragement – but then he just stepped away again. You got the feeling that he was mocking both the audience and himself, as he responded to a request for “Okie From Muskogee,” perhaps his most famous song, a call for a return to a mythic past in which Merle himself could never have lived (it depicted a land where no marijuana was smoked, “and the kids all respect the college dean”), whose origins as a goof on middle-American political correctness, would immediately become apparent to anyone who ever set foot on Merle’s bus. It didn’t matter: the audience continued to cheer lustily, and Merle continue to look thoroughly disgusted with himself, like a man trapped in a world he had never meant to make. Just for the record: Merle canceled the rest of the tour the next night. But then there were the nights on which his face was wreathed in smiles, when he was carried away by the music and would spend as much time encouraging his fellow musicians to surpass themselves as he did claiming the spotlight for himself – in fact, the spotlight never entered into it at all. That was what you heard on the best of his songs, the most inspired of his recordings, where even Merle’s black moods were transmuted into a tender regard for all the multifarious sources of his inspiration, all the diverse people and places his imagination was able to take him to. There – in the songs – he seemed able to set aside all of the insecurity, all of the anger, all of the looming fears and resentments, and place them at the service of his art. He liked to talk about the songwriting sometimes, about the role that art played in his life (check out the enhanced eBook edition of Lost Highway for an insightful meditation on the range and ambition of his writing). He always made the distinction between formulaic songs like “Swinging Doors” and songs that created their own reality, like “Footlights,” “Leonard,” “Shelly’s Winter Love”). He would always sing the songs the people called for – he owed it to his audience, he said – but the others he sang for himself. Things I learned in a hobo jungle Were things they never taught me in a classroom, Like where to find a handout While thumbin’ through Chicago in the afternoon. Hey, I’m not braggin’ or complainin’, Just talkin’ to myself man to man. This ole’ mental fat I’m chewin’ didn’t take a lot of doin’. But I take a lot of pride in what I am…. I never been nobody’s idol But at least I got a title And I take a lot of pride in what I am. He did. And there is no one who deserved to more. But remember (sometimes it’s hard): that’s not Merle who grew up in the hobo jungle, that’s Merle casting his poetic eye on the world and, at his best, always finding a place in it for himself. The last time I saw Merle in concert, he was playing the Ryman with his then-19-year-old son Ben, who had taken over as lead guitarist for the Strangers a couple of years earlier. Ben proved to be a virtuoso performer, incorporating all the outstanding licks from all the outstanding lead guitarists, from Roy Nichols and James Burton to Redd Volkaert, Grady Martin, and then some, as Merle’s face reflected undisguised pride. But that, of course was not the point – at least not the whole point. This was one of the few shows that I ever saw, maybe the only one, where Merle confined himself to electric guitar pretty much exclusively. (Merle had learned to play fiddle in his thirties to be better able to interpret Bob Wills’ music.) But not just electric guitar – he got into a guitar duel with Ben which I’m sure he would have been perfectly willing to concede he could never win, as they traded stinging licks, and Merle was as engaged in every song as I’ve ever seen him. “A lot of people may not realize it,” says his ex-manager Tex Whitson, “but Merle would have been happy just playing guitar.” And now, in his own way, he was realizing that ambition. If you want to catch a glimpse of Merle as he was that day, check out the link to the panel he did at the Country Music Hall of Fame with longtime Strangers Norm Hamlet and Don Markham earlier that afternoon. He had not been billed on the panel, in fact he didn’t commit to it till the last moment when he showed up unannounced, taking the place of Fuzzy Owen, his oldest associate, and looking like someone who had just wandered in off Lower Broad. Here you’ll see Merle as he rarely presented himself in public: relaxed, engaged, emotional, and funny, with a warmth and graciousness that precludes nostalgia but celebrates instead an unconditional embrace of a shared past. At one point, talking about his ex-wife and lifetime partner Bonnie Owens, he comes close to tears, but what is most striking is the way in which, without ever surrendering that keen-eyed gaze, his face continues to be bathed in smiles. As Merle himself might have put it, quoting from the lyrics of one of his more upbeat songs, “I can’t say we’ve had a good morning, but it’s been a great afternoon.”

lundi 12 septembre 2016

jeudi 1 septembre 2016

samedi 13 août 2016

réveil provisoire

je sors d'un an de maladies et dépressions diverses ... j'espère qu'un nouvel épisode maniaque ne me guette pas au détour du chemin ... ... ... ... ..... tourner encore, après LE JUIF DE LASCAUX ...?

oldest greatest cantor ... i've always loved you, alter yeschiel karniol, even without knowing it


i woke up one morning, version intégrale



young Cantor Hershele Weiss, a boy/girl magic voice ... ...

le grand père du juif de lascaux, un ange lui aussi


yusuf omar from iraq, king of maqam


ustad bade gulam ali khan, greatest hindustani master, rarely filmed ... a legend in his time


green dylan/blue dylan



still green, still blue, world goes on ...

david bromberg/bob dylan


respirer/filmer/respirer/dormir/respirer/prier


c

thelonious monk, 1966, pologne/charlie mingus with eric dolphy and jaki byard, belgique, 1964


le juif de lascaux/l'escalier de la haine (1982)


l'escalier de la haine a toujours été conçu comme le brouillon d'un film à venir, le premier jet de ce qui ne s'appelait pas encore le juif de lascaux ....

cantor david werdyger, 9th Siyum HaShas (hassidic tradition)///vs pandit bimshen joshi, greatest hindustani singer


ustad bade ghulam ali khan, master of masters


le juif de lascaux (première version du premier scénario (1991-2005)

1.
Lascaux n'était pas son vrai nom. D'abord, c'était DE Lascaux, Juif de Lascaux exactement. Drôle de nom,drôle de rencontre. Rencontre avec qui, d'abord? Avec moi évidemment. Pourquoi "évidemment"? Parce que.
Dire que ma vie fut changée par cette rencontre est un euphémisme. Depuis que je connais Juif de Lascaux, je ne suis plus le même. Avant, j'étais insouciant, léger, inconsistant. Je flottais aau dessus de moi-même comme un nuage, mon propre nuage. Où j'allais m'importait peu, je ne savais même pas que j'y allais. Disons que je passais ma vie à battre des oeufs en neige comme d'autres, les enfants, les saints, battent des mains au moindre bruissement d'ailes du premier ange qui passe. C'est joli ce que je viens d'écrire, vous ne trouvez pas? C'est assez pour aujourd'hui, non?

2.
Juif, il ne l'était pas. Enfin, je pense qu'il ne l'était pas. La thèse d'un Lascaux juif avait circulé un temps, véhiculée en particulier par Goyave de St André, une mauvaise langue qui prétendait que non seulement Juif de Lascaux n'était pas noble, mais qu'il avait usurpé à la fois son nom et le titre de Comte de Lascaux. Selon Goyave, il s'appelait en réalité Suif de Laakov (ou Levi de Laakov) et venait d'un village reculé d'Ukraine ou de Pologne. Comment il avait réussi à fuir les hordes de nazis qui déferlaient comme des Huns sur les autres membres de sa tribu, resterait toujours un mystère. Comment il avait réussi à changer de nom et à s'imposer aussi vite à la bonne société française était une énigme au moins aussi secrète pour ceux qui répandaient ces rumeurs sur lui, en premier lieu pour Goyave de St André. Jaloux, Goyave? Evidemment.

3.
Ai-je dit à quel point Juif de Lascaux prenait soin de son apparence? Jamais un faux pli à ses vêtements qui n'ait été soigneusement calculé, ou une ride au coin de ses lèvres qui n'ait été entretenue. Rouges, les lèvres? Evidemment. Il était comme ça, Juif. Rouge de la bouche aux cheveux. Tout rouge? Oui.
Ses amis l'appelaient Dorian Le Gris parcequ'il exigeait de son miroir qu'il lui rappelle que sans faire le moindre effort, il était le maître des lieux. Les lieux, quels lieux? Les siens, les miens,ceux que dans le beau monde, on ne prend même pas la peine de nommer. On dit "le monde", c'est tout.

4.
J'étais arrivé le premier ce jour là. Au café où Juif et ses amis se réunissaient, il n'y avait encore personne. Le soir n'était pas tombé, moi non plus. Je tenais encore sur mes jambes, je pouvais examiner de près la place de chacun.Chaque place vide était déjà pleine de la personne qui allait précisément l'occuper. Grenadine, Bleuette, Myrtille, chacune des femmes du juif exhalait par avance son parfum entêtant. Curieusement, aucun de ces parfums ne se mélangeait jamais à un autre. Mais les femmes du juif se mélangeaient-elles? Même si elles occupaient chaque soir la même place, elles s'ignoraient absolument, attendant chacune de son côté que Juif veuille bien lui faire la conversation. Leur faisait-il autre chose? Il est trop tôt pour le dire. Disons qu'il les courtisait à sa manière, toute juive en somme.
Et les hommes? Combien étaient-ils? Il est aussi trop tôt pour le dire. Disons qu'ils le courtisaient chacun à sa manière, toute juive en somme.
C'était une drôle de compagnie, c'est tout ce qu'on peut dire. Pour l'instant, c'est tout.

5.
Juif de Lascaux n'avait que 35 ans mais il avait déjà vécu plusieurs vies. Comment est-ce possible? C'est possible, c'est tout. Question de vitesse? Ah non, vraiment pas. Dédoublement de la personnalité? Mieux que ça. Disons que Juif mernait sept ou huit vie parallèles en même temps. Comment faisait-il? Il le faisait, c'est tout. Ca lui venait tout seul. Il était né comme ça, avec ce curieux pouvoir qui lui avait été donné comme un prénom en plus ou une seconde religion. Il faisait avec, c'est tout. Certaines de ses vies (conducteur de calèche à Izmir, vendeur de journaux au Caire, professeur d'anglais à mi-temps à Asmara) n'avaient pas plus d'intérêt que ça. Elles étaient presque monochromes à force d'ennui. D'autres vies lui avaient laissé de sérieux souvenirs. Elles le submergeaient de temps en temps sans prévenir. Son cerveau s'y était fait. Lui aussi.
Il avait été écrivain de science-fiction, cette vie là le ravissait souvent à lui-même. Des lambeaux de vie, des lambeaux de texte lui soufflaient au visage très tôt le matin. Avait-il été un grand écrivain seulement? Il aimait à penser que oui. Il avait été délirant, prophétique, défoncé du matin au soir. Il avait aimé ça.Il se rappelait avoir aimé ça.

6.
Il avait écrit un livre qui portait son nom, à un article près. Le livre s'appelait LE juif de Lascaux, ce qui ne sonne pour le moins pas pareil. Ca ne veut pas non plus tout à fait dire la même chose. LE JUIF DE LASCAUX, contrairement aux autres livres de Juif de Lascaux,n'était pas un livre de science-fiction à proprement parler. Un vrai livre de science-fiction n'est jamais comme un autre, objectera-t-on,ce qui n'est pas faux. Disons alors plus simplement que ce lIvre là ne resseblait à rien.Plutôt que de l'anticipation, c'était comme un bond en arrière dans le temps,un retour aux sources les plus archaïques de son imaginaire torturé. Comment retourner en arrière, au rouge cuisant des origines? Comment se retrouver nu, sans rien pour se cacher des autres et du monde? Comment remonter aux temps d'avant le temps? Pour Juif de Lascaux,ce livre était une fantaisie pré-civisationnelle qui ne ressemblait à rien de balisé, rien de connu. Pour lui aussi, pour lui surtout, c'était un saut absolu et sans espoir de retour dans l'inconnu. "Rien de connu", c'est ce que les critiques auraient écrit s'ils avaient lu le livre, mais voilà, il n'était jamais paru. On raconte que le manuscrit avait été détruit à Saragosse, un soir de Sabbath. Des fragments furent retrouvés des années plus tard du côté de Buenos Aires (Borges en eût une copie très abimée, dit-on). Tout ça avait-il existé? Cerains soirs, Juif en doutait. Mais il doutait de tout ces soirs là, même de lui-même. Et s'il n'était qu'une pure fiction? Il frissonna et se rendormit.Je décidais de faire de même.

7.
Retenez ce chiffre, "sept".Si vous l'oubliez, vous prenez un grand risque. Lui ne vous oubliera pas. Sept hommes échevelés le regardaient derrière les buissons. Il était nu, il était roux, il avait honte. La fille était à peine plus vêtue que lui. L'avait-elle vu? Il jurerait qur lui si on lui demandait.
Il avait trop froid pour penser. Dieu que la fille était belle. Elle était de leur clan, c'est sûr. Le clan de la caverne, le clan de la grotte. Il était juif mais il avait oublié ce que celà voulait dire. Comment était-il arivé là? Sur quel engin spatial, quel rêve inopiné? Quelle était cette caverne? Qui étaient ces hommes? Où était-il?

nadam el ghazali (irak), la plus belle voix du monde arabe, pour applaudir au beau film de frédéric mitterand sur cheikh zayed (arte)


vendredi 5 août 2016

je ne me suis jamais senti tout à fait français ... ...


... ... pour des raisons biographiques et sentimentales qui ne regardent que moi ... ... ... depuis quelque temps c'est pire ... j'ai en horreur cette france qui danse au son des drapeaux et des morts pour célébrer une idée de la joie et de la vie que j'ai toujours détestée ... on ne se refait pas, n'est-ce pas?
...........................................................  mais je me retrouve américain dans ces quelques mots de ruggles/charles laughton pour leo mc carey, un beau jour de 1935

lundi 1 août 2016

nazam el ghazali's best mewal



بارك الله في جهودكم على ايصال هذه التسجيلات العراقية الواضحة لأغاني ناظم الغزالي , الرحمة و السلام على روحه 


" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."