samedi 28 novembre 2009


frank sinatra & gordon jenkins/the christmas song (1957)




Comment entrer dans le Noël de Bob Dylan ?

C’est un disque crypté, décalé, touffu, contradictoire, sans queue ni tête. Il faut avoir la clé pour y entrer, en tout cas une des clés. La mienne, qui vaut ce qu’elle vaut, est de commencer par la fin. Désorganiser cette trop sage soirée de Noël pour y retrouver la touche de poésie et de tristesse, de mélancolie poisseuse, tenace, qui sont la marque juive de bob dylan. C’est seulement au quatorzième titre de Christmas In The Heart, par ce délicieux Christmas Song signé Mel Tormé (qui introduit au passage Jack Frost, l’elfe de Noël qui est aussi le pseudo de Dylan producteur), que le disque s’est ouvert. Il s’est illuminé, et maintenant presque toutes les chansons m’enchantent et me plongent dans une sorte de retour à l’enfance, une enfance béate et imbécile que je n’avais pas retrouvée depuis longtemps.
Comment en suis-je arrivé là ? Les extraits du disque sur Youtube, sautillants, catastrophiques, plus kitsch qu’une pub Mon chéri, me mettaient dans l’embarras, même si une phrase de I’ll be Home for Christmas ou Have Yourself a Merry Christmas pouvaient à l’occasion avoir la tristesse posée d’un standard. Après écoute répétée, ce disque s’est révélé une merveille d’insolence américaine, bien plus consistante que le médiocre Together Through Life qui n’est au fond qu’un retour tardif et énervé au bayou de Daniel Lanois. Ce que Dylan a cherché à retrouver ici, ce sont ses racines domestiques américaines, celles qui illuminent certains épisodes enneigés d’Ally McBeal ou d’autres séries télé dégoulinantes d’émotion, à coup de flocons de neige et de baisers mouillés. C’est aussi l’art raffiné d’un Frank Sinatra qu’il piste depuis tant d’années qui se retrouve ici. Pas un hasard si le chef d’œuvre Capitol que Sinatra a enregistré avec le grand Gordon Jenkins, A Jolly Christmas From Frank Sinatra, se retrouve pour moitié (six chansons sur douze) repris ici avec une tendresse attentive et un sens ramassé du mélo musical. La voix croassante et usée du vieux Bob n’a pas la fluidité magique de celle de Sinatra mais elle est d’une musicalité étonnante, lyrique, qui rappelle les ballades et les standards que Dylan aime tant chanter (Self Portrait, Bob Dylan, et tant d’autres reprises impromptues de Dean Martin ou Charles Aznavour).
C’est en passant par cette case sentimentale, en empruntant ce chemin délicat des airs éternels d’une Amérique qui n’aime rien tant que se tenir chaud et découper sa dinde en famille, que même les titres trop rapides, ces airs speedés, enjoués, retrouvent au détour d’une énième écoute d’étranges airs de Walt Disney syncopés en yiddisch. Ecoutez Must Be Santa dont Dylan a fait un clip sautillant, chorégraphié grossièrement à coup d’approximations îvres et de déguisements, et dites-moi si ce n’est pas un étrange tube klezmer new age qui vous déboule soudain dans les oreilles, sans s’être annoncé. Dylan a toujours été un provincial décalé, un juif embarassé de lui-même, un chrétien-collage, une aberration. A près de 70 ans, il a enfin réussi à recoller les morceaux. Pleurer à Sinatra n’est pas la chose la plus bête qui soit. A Dylan non plus.
(A paraître dans ROLLING STONE)


9 commentaires:

TKOY a dit…

Mr SKORECKI..commencer par la fin.. curieuse idée mais précieux conseil, le disque se révèle être ainsi complétement différent..et d'un coup magnifique..

TKOY a dit…

Mr SKORECKI,la tendresse que l'on devine dans votre papier me fait penser à la tendresse du chant de Dylan sur son album de Noel...Je pars m'endormir avec A Jolly Christmas From Frank Sinatra dans les oreilles....Bonne nuit à vous

TKOY a dit…

Mr SKORECKI....serions nous les seuls à nous intéresser à ces albums de Noël ? serions nous les seuls à rechercher l'émerveillement de l'enfance ?

Florent Bossard a dit…

ah, l'évocation d'Ally mcBeal est tout à fait pertinente, cela m'a décidé à l'écouter enfin (je n'osais pas trop)
C'est vrai que si on le prend au deuxième degré, c'est assez drôle et jovial. Je n'en ai pas fini l'écoute, je suis en train, mais en ce moment je savoure "must be santa".

pierrino 27 a dit…

Et moi, vous m'avez carrément fait acheter l'album ! Comme d'hab ! A l'endroit à l'envers dans le désordre, je ne regrette rien même si je n'aime pas tout.

Olivier a dit…

Répondant à Bill Flanagan sur les critiques à propos de son album, Dylan a résumé : "Critics like that are on the outside looking in. They are definitely
not fans or the audience that I play to. They would have no gut level
understanding of me and my work, what I can and can’t do – the scope
of it all. Even at this point in time they still don’t know what to
make of me"

bruno lopez a dit…

bonjour, je poste mon premier commentaire sur votre blog! Je vous lis depuis que vous écrivez dans rolling stone mag! Le plus souvent d'accord avec vous, mais pas toujours!
Pour tout dire, concernant cet album de chants de Nöel, je suis trés mitigé. Tout d'abord, et contrairement à ce que vous esperiez dans le dernier RS, dylan ne fait aucun effort vocal et je le regrette! Ne devrions nous pas mettre tout d'abord en avant l'aspect caritatif et prendre cela "à la légère"? Comme pour le dernier album, il me semble qu'il s'est précipité et qu'il nous a offert son opus sans retouches.

L'album ne casse pas trois pattes à un canard mais que devions nous attendre de plus? Hormis dans l'arrangement , aucun texte n'est biensur de Dylan, ce qui nous pousse à ne pas y porter grand intérêt. Pour tout dire, j'ai eu beau ( j'ai écouté cet album bien des semaines avant sa sortie) l'écouter par le début, par la fin, je n'y ai vu qu'un trip de sa part, un coup de folie dans la lignée de ses oeuvres "bibliques" mais qui ne m'a jamais touché!
ET puis, ET PUIS, il y a ce clip! et là , que dire? pathetique? inqualifiable? genial?

Pour moi, cette vidéo constitue incontestablement l'une des plus belles choses qui m'aient été données de voir depuis un bail. Et c'est ici, pas dans l'album, que Dylan montre en 2009, qu'il est encore au top ( et j'assume).

Car qui de vous, amis blogueurs, Mr skorecki et j'en passe, aurait pu imaginer voir un jour dylan, perruque blonde à la laurence ferrari, changeant tour a tour ses chapeaux plus proches de picsou que de ses coiffes texanes habituelles, cigares et bouteilles à la main, dansant tel rabbi jacob au milieu de d'ivrognes, putes et autres gros fétards pour finir en assistant, aux cotés de santa claus himself à une scene de baston ...

Vraiment je crois que Dylan a réalisé un coup parfait, car non seulement, il a donné corp au meilleur morceaux de l'album, mais surtout, il pratique l'ironie et la folie à merveille. Ce clip, même ma copine qui n'en peut plus de se taper dylan à toutes les sauces par ma faute, s'est y est régalée !

Alors oui, quand j'assiste à un tel chef d'oeuvre, j'ai envie de croire au seul et unique père noel, Dylan himself, capable en un an de nous sortir du placard des bootlegs bien meilleurs que ceux parus sur les albums, un album aux accents tex mex que j'ai personnellement adoré ( j'y reviendrai) et enfin un album de noel accompagné d'un clip génialissime.
Oui monsieur Skorecki, je vous ai dit en début de commentaire que je n'étais pas toujours d'accord avec vous. Pour moi, together thought life n'est pas un album à ranger aux cotés des chefs d'oeuvres des 60/70'S, mais s'ajoutant aux trois derniers magnifiques opus édités par M. Frost bob, il les complete merveilleusement. Le seul reproche que j'ai à faire sur cet album, c'est que dylan, hormis sur life is hard( eh oui ce morceaux sera la plus grosse pierre à l'edifice entrepris par olivier Dahan donc il s'est appliqué le vieux)la voix de dylan est mauvaise, même si elle transporte avec elle une histoire hors norme. Bref, cet album, dont les textes sont superbes, et la musique plutot tres bonne, je l'ai aimé.

J'ai acheté le vinyle de TTL à londres le jour de sa sortie, un lundi je crois. La veille, j'étais à l'O2, au premier rang pour voir un homme en blanc , chapeau parfaitement ajusté, commencer sa partie par maggie's farm et poursuivre sur the times they are a changing et chimes of freedom... et quoi qu'on dise de Dylan en concert , j'ai quiffé....

Pour finir, desolé pour ce commentaire trop long à mon gout( et aux votres qui sait...)

skorecki a dit…

chacun ses goûts ... j'aime de moins en moins together through life et de plus en plus ce disque de noël inattendu ... quant aux déguisements, dylan s'est déjà affublé de la même perruque et d'une barbe noire pour un clip, une belle chanson, je ne sais plus laquelle ... mais s'il fallait choisir un disque, je choisirais "love and theft", le plus beau dylan depuis 16 ans (good as i been to you, 1993)

Anonyme a dit…

Je n'achèterai pas de disque de
Noel de Dylan , vous ne nous avez pas convaincu , vous le trouvez difficile opaque ? Par Contre le Christmas Album de Sinatra arrangé par Gordon Jenkins et Irvin Berlin c'est Merveilleux .Moderne Times de Dylan je le trouve trés Bon moins poussif que le dernier Album paru. Cest vrai Dylan pourquoi plait il ? voix pas possible, disques inégaux ?
Continuer votre Blog on aime vous lire .


" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."