samedi 21 septembre 2013

skorecki va au cinéma ...

...  eh oui, et deux fois en trois jours, mais qu'est-ce qui m'arrive? j'ai d'abord été voir tirez la langue mademoiselle, une douce aventure amoureuse à la lubistch ... mon dieu qu'est-ce qui m'arrive? j'ai bien écrit "à la lubistch", non? comme si c'était encore possible ... comme si mademoiselle ropert, se chaussant d'ailes de velours, savait, elle, retrouver la formule sucrée-salée du vicieux viennois ...  comment fait-elle axelle? disons qu'elle fait comme l'ami brisseau: elle croit en ce qu'elle filme, elle croit  -et pas seulement au premier degré- dans les pouvoirs intacts du cinéma ... peut-être est-elle aidée d'une voyante, une sorte de madame pierre rissient, c'est possible, je ne sais pas ... disons surtout qu'elle prend son temps, vite et lentement à la fois, en ne perdant jamais de vue l'idée bien oubliée que les histoires d'amour commencent à la fois dans les yeux et dans le pantalon ... c'est tout? eh oui, j'ai bien peur que cette histoire de dim sum mélo trouve là son réservoir amoureux, là et nulle part ailleurs ... et ça suffit? j'ai bien peur que oui ...
... l'autre film, je voulais vérifier qu'il était horriblement mauvais, et il l'est, horrible et mauvais ... c'est une crise de nerf documentaire, la pire indigestion de cassavettes/pialat/lelouch jamais administrée au public français consentant ... je vous fais grâce du titre ... trouvez-le ...


14 commentaires:

Anonyme a dit…

la bataille de solférino;c'est dingue,vs êtes le seul à avoir parler du viennois acariâtre;pascal thomas semble avoir été aussi subjugué que vous(sur france inter,dans l 'émission de thoret).Ce qui est stupéfiant,c'est aussi tip top.

Anonyme a dit…

votre chronique ds lui parlera-t-elle de cinéma?Par rappport au fim de kechiche,celui de triet est sobre.

skorecki a dit…

de télévision, c'est une chronique télé ... mais il y a des films à la télévision, non?

skorecki a dit…

il n'y avait rien à gagner, vous n'avez donc rien gagné ... je déteste ce film pour sa laideur et sa bêtise, point final.

Dr Orlof a dit…

Sur le Triet, ça fait plaisir de se sentir moins seul...

Anonyme a dit…

c'est assez terrifiant d'être aussi rance... Que Godard ait eu la clairvoyance de noter la valeur de ce film dont vous conspuez la laideur et la bêtise, en dit long sur la distance qui sépare deux manières de vieillir. Vous êtes irrémédiablement fat, et pire: vous êtes devenu aveugle à force de ne plus vouloir voir.

Casper a dit…

Cher Anonyme, ça va vous sembler "assez terrifiant", mais ici on chante, on danse, on respire. On rêve, aussi. Soyez gentil, passez votre chemin...

skorecki a dit…

que godard erre où il veut, je suis là où je suis, et basta

§ a dit…

Entièrement d'accord avec vous. Le Ropert fait du bien dans un monde où l'on adule des horreurs comme La Bataille de Solferino (faux naturel + hystérie + démonstration de force = Lelouch).
Quant à l'appréciation de Godard, ce n'est pas un critère, on sait bien qu'il défend ce qui ne risque pas de lui faire la moindre ombre. Je me souviens d'une vieille interview où il disait grand bien de Subway.

Anonyme a dit…

@ §

N'exagérons rien, il arrive aussi à Godard de défendre de bons films... Et puis qu'est-ce qu'il a dit exactement sur La Bataille de Solférino ? Rien n'est jamais simple avec JLG.

skorecki a dit…

j'ai peur que depuis 6 ou 7 ans tout soit malheureusement trop simple, côté godard: jean-luc, l'enfant terrible si terriblement intelligent et incisif s'est peut-être définitivement fait la malle ... ne nous reste qu'un professeur godard, un professeur de trop pour une profession définitivement estropiée ...

§ a dit…

Certes, Godard peut défendre de bons films, je veux juste dire que sa parole n'est pas d'évangile, puisque celle-ci est le seul argument avancé (comme on pause un joker sur une table) par l'anonyme du 24 septembre à 01:57, au milieu de quelques insultes indignes.
Le film de Triet est adulé partout, et une voix dissonante suffit pourtant à provoquer la colère d'un admirateur : despotisme intellectuel imposé par le nivellement des goûts, et dont la seule réponse est l'attaque personnelle.

skorecki a dit…

douter c'est tout ce qui compte

Anonyme a dit…

je suis heureux de trouver ce blog ce soir. tu sais je t'aime Louis. tu nous manques dans Libé. tu te souviens, c'était ma belle époque de te lire. j'aime l'idée d'avoir compris grâce à vous que le cinéma c'est de la musique. et puis tu es un narrateur plein de souffle. t'es beau Louis, i came running when i saw your blog tonight. karl paris 41 ans


" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."