dimanche 21 juin 2015

bob dylan as jean renoir's creature?




dans son film sublime pour la télévision (le testament du dr cordelier), jean renoir donne à bob dylan, plusieurs dizaines d'années plus tard, l'occasion de mettre ses pas dans ceux de hyde/jean-louis barrault ....

16 commentaires:

skorecki a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
skorecki a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
skorecki a dit…



pas un seul commentaire en plus d'une semaine ... décidément ce blog -ses lecteurs, je veux dire- est mort et enterré ... goodnight irene ....

28 mars 2015 17:42
Supprimer

Jan B a dit…

Mais non Mr. Skorecki, on n'est pas mort, on écoute la musique en silence ! - We'll never let you go (little darlin')

skorecki a dit…

jamais dit, jan, que qui que ce soit soit mort .... juste que la musique est le vie vivante du "cinéma" ... see?

Casper a dit…

Sorry, Louis, it was a long, long, long, long, gone. I was just westing time on dominoes. and time goes by...

skorecki a dit…

time goes by, anyway, all the time: that's life ....

Casper a dit…

That's life, oui, mais on a parfois des absences ou des oublis impardonnables (même si je ne regrette pas ces deux mois passés à écouter exclusivement et en boucle le "petit homme homme au longs cils, maquillé au khôl de Jajouka et ses berceuses d'enfant brisé". Wasting time on dominoes. Time goes by...

skorecki a dit…

listening to syd b. can be a serious affair, j'en témoigne .... quant à moi j'ai passé plus d'un an sans voir le montage définitif du JUIF DE LASCAUX, qui reposait à 30 centimètres de mon ordi ... le temps sert juste à passer le temps, semble-t-il ....

Casper a dit…

J'ai aussi passé pas mal de temps à regarder, avec le peu de sérieux qui me caractérise, du côté de Robert Frank, Walker Evans, Dytivon, Bernard Plossu, qui disait à Brigitte Ollier : "la perfection peut être un gros défaut. La différence entre Henri Cartier-Bresson et Robert Frank, c'est que Robert Frank est meilleur que Cartier-Bresson, parce qu'il est moins bon que Cartier-Bresson qui est parfait".
Dans le même ordre d'idée, JL Barrault est moins bon que Dylan parce qu'un peu trop "parfait." En fait, il est insupportable à mes yeux (et pourtant j'aime Barrault et j'aime Renoir) mais là, c'est au-dessus de mes forces... Avoir honte des gens qu'on aime, même le temps d'un film, y a pas pire sur Terre...

skorecki a dit…

sur la perfection comme ennemi du beau, je suis tout à fait d'accord .... d'ailleurs on n'aime plus que films lisses, sans aspérités ... rater un moment de cinéma, juste pour se permettre d'en réussir un autre, c'est ce que je préfère ....

Casper a dit…

J'ai été un peu dur avec Barrault, et je m'en excuse (auprès de lui seulement), mais quand même, quand j'ai vu le film la première fois, il y a au moins 30 ans et à la télévision, j'ai pensé la même chose : trop d'agitation, trop de mimiques, trop de tout ( et je n'avais pas Dylan comme élément de comparaison...).

"rater un moment de cinéma, juste pour se permettre d'en réussir un autre, c'est ce que je préfère ... " Si ça c'est pas la meilleure réponse à "Pourquoi filmez-vous ?"...

skorecki a dit…

rater pour réussir, oui, j'ai écrit ça où et quand?

E Havisham a dit…

Ratter pour reussir Samuel Beckett ?

Anonyme a dit…

RATER POUR REUSSIR

skorecki a dit…

oui, oui, rater pour rater


" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."