mercredi 7 janvier 2009

où sont les mots/WHERE ARE THE WORDS ... ?


6 commentaires:

Delorme a dit…

Un temps j'ai résidé à Montréal, j'habitais non loin de la rue Duluth , je pensais souvent à Bob d'autant que j'avais ramassé dans une poubelle matinale ces deux best of tout racornis CBS pressage US plus Basement tapes (c'était cette époque là où les gens balancaient leurs vinyles en vrac , tout fiers de leurs CD's:) oui always The times are a changin' .....Merci.

Florent a dit…

Bonjour, tous vos sujets sont intéressants, seulement les pages de votre blog sont extrêmement lourdes avec toutes ses vidéos. L'accès à toutes ces richesses devient pour moi une épreuve de patience. Si vous réduisiez la longueur de vos pages, cela faciliterait j'en suis sûr la lecture de vos textes et de ses vidéos pour tous ceux qui n'ont pas d'ordinateur dernier cri. Vous aurez peut-être ainsi, je l'expère, plus de commentaires.

skorecki a dit…

oui, oui, je sais ... mais vous savez j'ai déjà réduit des trois quarts ma pagze d'acceuil ... c'est juste que j'aime qu'elle ressemble à quelque chose, qu'on y trouve un ordre, un désotdre, un programme ... sans avoir nécessairement besoin de chercher dans les archives ...

anna muir a dit…

LOU,
ON EST LA, AVEC TOI,
ON DORT UN PEU AU COIN DU FEU,
ON ECOUTE BOB EN FLASHANT SUR LES POIS,
ON REGARDE LA LUNE,
ON CARESSE LE CHAT,
TOUT VA BIEN.
LOVE.
ALWAYS.
A
N
N
A

Casper a dit…

Ben oui, on est là, Louis. Comment se passer de votre blog, votre musique, de vous ? Faudrait juste que les Films d'Occasion nous disent un jour quand on pourra voir "Skorecki déménage", par exemple...

pierrino 27 a dit…

Je suis bien d'accord !
7+7 = une infinité de bonheur. Et le back-up de Sinatra au Japon est une pure merveille ! Tout respire la grâce et la légèreté.
Quant à Dylan, je détestais au moins deux versions (Knocking et If you see her) au tout début. Et maintenant, j'adore... Oh well !
Pour vos films, je fais aussi partie des impatients !
Bonne et heureuse année à Anna !


" invraisemblable ou pas, crois-moi, c'est la vérité -et il n'y en a pas deux ..."